Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

5 Vérités que j’ai découvertes sur mon chemin vers le bien-être

Facebook
Twitter
LinkedIn
Bien-être

Je suis à un stade de mon bien-être où je me sens plus à l’aise avec mes pensées et mes comportements. Je comprends mieux ma santé et mes besoins – et j’ai une attitude plus détendue envers la vie. Mais cela n’a pas toujours été le cas.

En 2012, je traversais une période difficile. J’avais perdu ma mère un an auparavant et je ne gérais pas bien cette perte. J’ai dû être hospitalisé et j’ai été soumis à une évaluation psychiatrique pendant six mois.

En regardant en arrière sur mon parcours de santé mentale, je pense souvent aux nombreux obstacles que j’aurais pu éviter si j’avais simplement connu quelques vérités et conseils de base. Voici quelques vérités que j’ai apprises sur mon chemin vers le bien-être.

1. Ce n’est pas de ta faute

L’auto-blâme est un problème pour beaucoup d’entre nous qui vivons avec une maladie mentale – j’ai souvent dû y faire face. Cette tendance, que j’ai apprise en thérapie comportementale et cognitive (TCC), est une distorsion cognitive courante – un schéma de pensée souvent inexact et négativement biaisé.

Chez moi, ce schéma de pensée se manifestait par un auto-blâme chaque fois que quelque chose n’allait pas. Oui, il y avait des choses que je pouvais contrôler et qui avaient été mal gérées, mais la plupart des choses pour lesquelles je me blâmais – à savoir, ma maladie mentale et les symptômes qui l’accompagnaient – n’étaient pas les mêmes que ce que je pouvais réellement contrôler.

Maintenant, je suis attentif à analyser les situations difficiles au fur et à mesure qu’elles surviennent, en déterminant si les circonstances sont quelque chose que je peux contrôler. J’ai compris que je peux contrôler mes propres actions et réactions, mais je ne peux pas contrôler les événements externes ni me tenir responsable des sentiments et des actions des autres.

2. Tout n’est pas blanc ou noir

Tout au long de mon parcours de santé mentale, j’ai lutté contre une autre distorsion cognitive : la pensée en termes de tout ou rien. Quand j’étais en proie à ce type de pensée, je ne pouvais interpréter les événements qu’en termes d’extrêmes ; je croyais que tout le monde et tout tombaient dans deux catégories différentes : le Bien et le Mal. Cette façon de penser me forçait à diviser mon monde et à manquer les nuances de la vie et les complexités des gens.

Je voyais tout le monde soit comme un « gentil » soit comme un « méchant » – et dans les profondeurs de ma maladie mentale, je pouvais voir certains gens que comme l’ennemi. Cela me mettait souvent dans un état d’esprit de victime, et je prenais des décisions et agissais par peur et danger perçus. Heureusement, le temps que j’ai passé en thérapie a brisé cette barrière et m’a permis de voir qu’en fin de compte, les gens ne sont que des gens, et que tout n’est pas blanc ou noir.

3. Reprendre le contrôle est un effort collectif

Peut-être la leçon la plus importante que j’ai apprise est que le traitement peut être le plus efficace lorsqu’il s’agit d’un processus collaboratif. Toi et tes professionnels de santé mentale êtes une équipe. Au début de mon parcours, je prenais simplement les médicaments qui m’étaient donnés par mes fournisseurs de soins médicaux. Je n’ai jamais été un participant actif de mon traitement.

Je n’ai jamais parlé des effets secondaires négatifs des médicaments ou articulé mes objectifs de rétablissement. Par conséquent, je n’ai pas vu les résultats que je voulais, alors j’arrêtais de prendre mes médicaments. Lentement, mon état se détériorait encore plus. Je mentais souvent à mes médecins en leur disant que je prenais le médicament, plutôt que d’admettre que les effets secondaires étaient devenus trop difficiles à gérer. J’avais l’air d’être obéissant en apparence, mais je me faisais du mal en ne faisant pas part de mes préoccupations.

Une fois que j’ai commencé à être honnête avec mon médecin, nous avons ajusté mes médicaments pour trouver un meilleur traitement. Cela, combiné à une thérapie régulière, m’a rapproché de mon état actuel de rétablissement. J’aurais aimé pouvoir dire à mon moi plus jeune qu’elle pouvait parler à tout moment, poser des questions et défendre ses intérêts. N’oublie jamais : Tu es la priorité dans ton propre traitement.

4. Tu n’es pas défini par ton travail ou ta productivité

Je crois qu’il y a de la dignité dans le travail et l’accomplissement des tâches. Et comme la plupart d’entre nous, j’ai été élevé dans une culture qui valorise le travail dur et le succès. Mais j’ai aussi appris que gérer mon énergie – quand j’en ai trop ou pas assez – est une partie cruciale de mon bien-être. J’ai appris que l’auto-soin et la productivité peuvent coexister dans un équilibre sain.

Pour trouver cet équilibre, j’ai dû reconnaître que j’avais une mauvaise habitude de lier ma productivité et mes réalisations à ma propre valeur. Quand j’avais une journée chargée ou productive, je me sentais plus « utile » et me considérais comme « bon » – d’une manière ou d’une autre supérieur à la personne que j’étais les jours où je ne faisais rien. Cependant, le sommet de ma « productivité » est survenu pendant mes épisodes maniaques – ce n’était jamais concentré ou durable.

Maintenant, je comprends que je ne suis pas « meilleur » quand je suis maniaque. Je suis meilleur quand je me permet de me reposer et de trouver des habitudes saines et cohérentes.

5. La créativité peut être salvatrice

J’adore les arts. Le dessin et la peinture ont toujours été mes matières préférées au lycée. Il y a quelque chose de magique dans la création artistique – et cela m’a toujours aidé à limiter mes symptômes. Le processus de création artistique a également atténué une grande partie de mon anxiété sociale – un phénomène soutenu par la recherche. Au début de mon parcours en santé mentale, je me souviens que j’ai d’abord trouvé du soulagement dans les groupes de thérapie artistique. Même pendant mes jours les plus sombres, l’art a apporté une lueur d’espoir.

Maintenant, j’essaie d’intégrer des projets artistiques dans ma routine de soins personnels. Je prévois au moins une heure chaque semaine pour créer. Mon travail n’a pas besoin d’être parfait – aucune peinture ne l’est jamais. Il doit simplement me remplir de joie, d’excitation et de gratitude.

Depuis que j’ai reçu mon premier diagnostic, j’ai fait des progrès considérables dans ma prise de conscience de soi et ma récupération. Les personnes que j’ai rencontrées et les changements que j’ai apportés à ma vie m’ont permis d’être une personne plus attentionnée, informée et complète. Grâce à la thérapie et aux soins personnels, je suis devenue une personne habilitée à faire ses propres choix dans la vie.

Auteure : Cindy Tillory

Cindy Tillory est une défenseure de la santé mentale et une spécialiste en soutien entre pairs dans le sud ensoleillé de la Californie. Elle aime cuisiner, créer de l’art, écrire et lire. Dans ses temps libres, elle tient un blog et prend soin de ses plantes d’intérieur.

Cet article tiré du blogue de la National Alliance on Mental Illness (NAMI) et a été traduit par Jordan Bérubé.

Tu désires aller mieux ?

Viens discuter avec l’un de nos professionnels de la santé et il pourra sans aucun doute t’aider à demeurer ou à devenir en meilleur santé. Que tu désires prendre soin de toi, ou bien, que tu aies vraiment besoin d’aller mieux. Nous sommes là pour t’aider. Notre service est sécuritaire et confidentiel.

 

Chaque professionnel sur Pro Ressources.ca fait partie d’un Ordre, d’une Fédération ou d’une Association. Ils ont tous des assurances et les études nécessaires afin de pratiquer leurs professions.

 

Pour prendre rendez-vous, il faut d’abord d’inscrire et se connecter sur la plateforme. Fais-le dès maintenant, c’est gratuit !

Explorer d'autres sujets :

Laisser un commentaire