Aucune maladie, mentale ou physique, n’est honteuse

Facebook
Twitter
LinkedIn

« Un bébé de deux livres gagne le combat pour la vie », tel était le titre de la première page de l’édition du 21 février 1962 du Jefferson City, Missouri Post-Tribune. Ce bébé, c’était moi, et l’histoire célébrait ma sortie de l’hôpital après avoir passé des mois dans une couveuse à lutter pour survivre.

À 15 mois, les médecins ont annoncé à mes parents que j’avais une déficience intellectuelle. Ma mère a remis en question ce diagnostic et s’est battue pour trouver une autre réponse. Quelques mois plus tard, on a diagnostiqué que j’avais une paralysie cérébrale. J’ai vécu une enfance remplie d’appareils orthopédiques, d’interventions chirurgicales douloureuses et de brimades (intimidation).

En vieillissant, mes différents handicaps physiques ont progressé. Je me suis mise à chercher des moyens de défendre les intérêts des personnes handicapées. À partir de 2001, j’ai consacré mon temps à faire tomber les barrières entourant les handicaps physiques et à promouvoir l’accessibilité totale au sein de diverses commissions et comités sur les handicaps dans le Maryland.

Mon combat contre le capacitisme (discrimination) ne s’est toutefois pas arrêté là. Après avoir été diagnostiquée comme souffrant de troubles mentaux, j’ai commencé à décortiquer les réalités de la stigmatisation qui entoure la maladie mentale – et à découvrir l’ampleur des progrès à accomplir.

Mon expérience de la maladie mentale et de la honte

En 2014, j’ai été hospitalisée et j’ai reçu un premier diagnostic de trouble bipolaire. Alors que je luttais pour accepter le diagnostic, j’ai refusé de suivre un traitement psychiatrique ou de prendre mes médicaments comme indiqué, ce qui a conduit à un épisode bipolaire beaucoup plus grave en 2019 qui a failli me coûter la vie. Après avoir survécu à une tentative de suicide, j’ai écouté mes médecins, pris mes médicaments et, surtout, accepté mon diagnostic. Aujourd’hui, je prends mes médicaments comme indiqué et je continue à voir mon psychiatre régulièrement.

Cependant, lorsque j’ai été hospitalisée pour la première fois en 2014, j’avais trop honte pour dire à qui que ce soit que j’avais un problème de santé mentale. J’avais peur d’en parler parce que, comme tant d’autres, j’avais des attitudes négatives profondément intériorisées sur la maladie mentale et la recherche d’aide. Tous les patients que j’ai connues dans ce processus ont dû faire face à cette stigmatisation pendant leur hospitalisation : Ils ne savaient tout simplement pas comment parler aux autres de leur maladie mentale.

Au cours de la thérapie de groupe, on nous a dit que nous ne devions pas avoir peur ou honte de partager notre diagnostic avec les autres. Mais cette sagesse a été difficile à accepter. Franchement, ma première réaction a été de dire :  » C’est une chose de dire aux gens que j’ai été hospitalisé à cause de ma paralysie cérébrale. C’en est une autre de dire que je suis bipolaire et que je viens de sortir de l’unité de santé comportementale de l’hôpital (ce que beaucoup de gens appellent à tort le service de psychiatrie) ».

Avant d’être hospitalisée pour un traitement de santé mentale, je n’avais entendu que des personnes atteintes de troubles mentaux décrites comme « folles », et j’avais donc peur de parler de mon propre diagnostic.

Encourager les autres à parler de la santé mentale

Depuis que je suis en traitement, j’ai remarqué que nous semblons n’avoir aucun mal à parler sans fin de notre santé physique lorsque nous nous retrouvons en famille ou entre amis : « Je viens d’aller voir un nouvel orthopédiste. » « Je viens de terminer une nouvelle série de séances de physiothérapie », etc. Notre santé est naturellement évoquée dans les conversations sérieuses comme dans les conversations anodines. Mais nous ne parlons pas de notre santé mentale de la même manière, avec désinvolture.

Il est rare d’entendre quelqu’un dire qu’on vient de diagnostiquer chez lui un trouble de la personnalité borderline ou qu’il est en retard à un rendez-vous de thérapie. Cela doit changer ; si nous continuons à cacher la réalité de notre santé mentale, nous perpétuons un cycle de stigmatisation et de honte. Si vous ne parlez pas, quelqu’un d’autre continuera à souffrir en silence.

Pour contribuer au démantèlement de la culture de la stigmatisation et du silence, je dirai avec confiance aux autres que je souffre de troubles bipolaires ou que j’ai un rendez-vous avec mon psychiatre. En normalisant mon expérience, j’espère jouer un rôle dans l’élimination de la stigmatisation et de la peur qui entourent la santé mentale. Mon histoire est la preuve qu’une personne peut vivre et s’épanouir avec un handicap physique et un problème de santé mentale. Maintenant, je suis à l’aise pour dire : « J’ai une infirmité motrice cérébrale, j’ai un trouble bipolaire, et je ne suis pas seul. Nous sommes nombreux à avoir un handicap physique et des problèmes de santé mentale. »

Non seulement je fais attention quand les gens utilisent les mauvais mots pour décrire les personnes ayant un handicap physique (« infirme », par exemple), mais je remarque aussi quand les gens utilisent des mots négatifs comme « fou » pour décrire ceux d’entre nous qui ont des problèmes de santé mentale. Je n’hésite pas à dire aux gens :  » J’ai un handicap. Je ne suis pas infirme ». Et je dis, « Je ne suis pas fou. J’ai un problème de santé mentale. »

J’ai eu la chance d’obtenir l’aide dont j’avais besoin, et j’espère que toute personne en difficulté fera de même. Si je peux encourager une seule personne à obtenir de l’aide en urgence en s’adressant à un membre de la famille, un ami, un médecin généraliste, un psychiatre, un psychologue ou un thérapeute, mon histoire aura fait la différence.

Si vous ou l’un de vos proches éprouve une détresse émotionnelle ou des pensées suicidaires, vous pouvez obtenir de l’aide. En consultant un professionnel de la santé sur notre plateforme web . Ou, en cas de crise, envoyez un texto à L »AQPS » au  1 855 957-5353 pour obtenir des conseils confidentiels et gratuits 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Vous pouvez également appeler l’Association québécoise de prévention du suicide 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, au 1 866 APPELLE.

Auteur : Shéri Thomas

Sheri Thomas a passé des décennies à faire tomber les barrières et les stigmates et à promouvoir l’accessibilité totale dans le cadre de commissions et de comités locaux et d’État dans le Maryland. Elle est l’auteur d’un nouveau livre de mémoires sur les handicaps, « IMBALANCED », un récit poignant et humoristique sur la vie avec une infirmité motrice cérébrale et un trouble bipolaire. Pour obtenir un exemplaire gratuit de ses « 10 conseils de santé mentale que j’ai appris à la dure », envoyez un courriel à imbalanced.book@gmail.com (anglais).

Cet article tiré du blogue de la National Alliance on Mental Illness (NAMI) et a été traduit par Jordan Bérubé.

Image : Personnes vecteur créé par pch.vector – fr.freepik.com

Explorer d'autres sujets :

Enfance difficile

J’ai trouvé ma raison d’être

J‘ai monté un petit escalier jusqu’à la porte d’entrée et il était là : Un petit garçon de deux ans, à l’enfance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *