Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Comment surmonter les traumatismes familiaux : Trouver le bien-être et le pardon

Facebook
Twitter
LinkedIn
Traumatismes

Jusqu’à récemment, j’ai passé la majeure partie de mes 55 ans à me sentir « poursuivi » par mon passé et mes traumatismes familiaux luttant pour rester un pas en avant de mes souvenirs. C’est un passé que je voulais – et avais besoin – de fuir depuis longtemps.

Cependant, avec le temps, j’ai réalisé que j’avais besoin de guérir mes blessures d’enfance. Souvent, la première étape dans un parcours de santé mentale est de faire face au passé.

L’histoire de trois pères

Dans les années 1970, mon père a été diagnostiqué pour la première fois avec un trouble bipolaire de type 2 – alors appelé dépression maniaque – qui a été traité avec du lithium et parfois une thérapie par électrochocs. Il avait la vingtaine quand il a été diagnostiqué, comme la plupart des gens quand les symptômes apparaissent, et j’étais un jeune enfant.

Vivre avec un parent qui traverse les hauts et les bas de la manie et de la dépression était difficile. C’était déroutant d’avoir un parent qui, parfois, allait changer le monde, et d’autres fois, ne pouvait pas sortir du lit ou faire contact visuel. Pire encore, mon père pouvait être un homme violent – j’ai subi des traumatismes violents de sa part à plusieurs reprises. Une raclée a été si grave qu’il a dû m’envoyer en ville pour une semaine pour que personne ne voit les preuves noires et bleues couvrant mon corps. Apprendre à vivre la vie en marchant sur des œufs a entraîné beaucoup de confusion, de doute et de peur.

Quand j’avais 11 ans, j’ai vécu seul avec mon père pendant un an. Il n’est pas rentré à la maison une nuit. J’ai découvert plus tard qu’il était en prison pour avoir bondi sur un policier et s’être battu pour son pistolet, qui était sorti. Il a passé les quatre mois suivants dans un établissement de santé mentale réservé aux « criminellement fous ». J’ai été retiré de la garde de mon père à ce moment-là et j’ai déménagé loin. Sauf dans les photos et les flashbacks, je n’ai jamais revu mon père.

En y repensant, j’ai réalisé que j’avais trois pères. Celui en colère et imprudent qui utilisait la violence et la peur comme outils principaux. Puis il y avait celui renfermé et retiré qui restait au lit pendant des jours et écoutait de la musique triste, refusant de faire un contact visuel et parlant souvent de mourir. Enfin, il y avait le troisième père : celui bien intentionné, travailleur acharné, le poète qui avait une vision et aimait ses enfants. Le père qui était fier de sa famille et déterminé à leur offrir une belle vie. Se souvenir de cette version de mon père a rendu le pardon de tous les trois pères beaucoup plus facile.

La vie après le décès de mon père et la gestion de ma propre santé mentale

Mon père a tenté de renouer avec moi des années plus tard, mais les souvenirs et la peur étaient trop grands pour moi. Il est décédé quand j’avais la vingtaine, ce qui a marqué le début de trois décennies de flashbacks, d’attaques de panique, de consommation d’alcool et même de pensées suicidaires occasionnelles.

J’ai bien caché cette douleur, la plupart du temps. J’ai essayé une thérapie, qui m’a aidé, mais j’ai eu du mal à y rester longtemps. Plus que tout, je me suis plongé dans ma carrière, mes études et mes activités sportives. Un esprit distrait est celui qui peut rester un pas en avant du passé.

Cependant, tout a changé lorsque la pandémie de COVID-19 a commencé. Mes journées sont passées d’être remplies à 95% à seulement 5%. Pour la première fois, j’étais seul avec mes pensées. Lorsque le choc initial de la pandémie est passé et que je ne pouvais plus me distraire en regardant vers l’extérieur, j’ai été contraint de faire ce que j’avais besoin de faire – regarder en moi.

Prioriser les soins personnels

En janvier 2022, j’ai commencé à écouter un podcast sur la façon de se détacher des événements traumatiques de la vie. Soudainement et tout à coup, la thérapie sporadique, le yoga, les podcasts, ma propre obstination, tout est venu ensemble dans une épiphanie sur la façon de lâcher prise. Adopter cette nouvelle approche signifiait que je pouvais revisiter les événements traumatiques, plutôt que de les revivre constamment en flashback. Quel sentiment vraiment libérateur.

J’ai décidé d’en apprendre davantage sur le trouble bipolaire de type 2 et ce qui déterminait certains comportements de mon père. Comment a-t-il pu penser que c’était une bonne idée de se jeter sur l’arme d’un policier ? Je me le suis souvent demandé. Ce fut une journée éclairante pour moi lorsque j’ai appris que les personnes atteintes de bipolarité de type 2 ont souvent une incapacité à comprendre la gravité de leurs décisions lorsqu’elles sont en proie à une hyper-manie.

Bien que revisiter mon traumatisme ait été difficile, j’ai trouvé du réconfort en sachant que mon père était malade lorsqu’il était violent. J’en suis venu à croire que s’il avait pleinement compris les conséquences de ses actions, il n’aurait pas été aussi brutal et imprévisible. Cette réflexion m’a permis de trouver le pardon, ajoutant à ma nouvelle libération. Être capable de reconnaître le passé et de pardonner a été une étape majeure vers la paix et l’épanouissement.

J’ai encore beaucoup de travail à faire sur ma santé mentale, et je me suis engagé à faire ce qui suit :

  • Retourner au yoga. Bien qu’un studio soit toujours ma préférence, pratiquer le yoga en utilisant des vidéos YouTube est également une excellente option.
  • En apprendre davantage et s’engager dans des sujets tels que l’écoute compatissante, la gentillesse, la gratitude, l’esprit et les valeurs. J’ai suivi un cours d’écoute compatissante en 2021, qui a été transformatif pour moi. Je vois maintenant qu’il y a beaucoup plus à apprendre sur ce qui est vraiment important dans la vie.
  • Écrire et partager mon histoire. Même maintenant, je ne peux pas me résoudre à parler de certaines choses. Mais je peux écrire à leur sujet. Je trouve que si j’écris à leur sujet, je cesse de ruminationner à leur sujet.
  • Se concentrer davantage sur la communauté et le service. Maintenant que je peux parler de mon histoire, je prévois d’être aussi utile que possible aux autres qui luttent contre les mêmes problèmes que j’ai affrontés.
  • Rechercher une thérapie au besoin. Je prévois d’être plus proactif dans la gestion de mon anxiété, qui est beaucoup plus sous contrôle maintenant, mais qui existe toujours.

Je réalise que, bien que j’aie fait de grands progrès et eu de grandes prises de conscience en peu de temps, la guérison est un processus à long terme. Tous mes efforts, tout ce que j’ai fait pour essayer de m’aider, étaient des étapes pour me conduire là où j’ai besoin d’être. Cela m’a pris beaucoup de temps pour arriver ici, mais je n’ai jamais abandonné. Il faut du travail acharné et de la persistance pour surmonter les traumatismes, mais j’y suis arrivé et je suis confiant que les autres peuvent y arriver aussi.

Auteure : Cam Scholey

Cam Scholey, MBA, CPA, est un écrivain et conférencier professionnel. Après une carrière enrichissante dans le conseil, l’enseignement et l’écriture sur la stratégie d’entreprise, Cam oriente désormais son attention vers l’écriture et la prise de parole sur la surmonte des traumatismes et la prévention des abus d’enfants. Il est en train de rédiger un mémoire qui relate son expérience d’enfance, en mettant l’accent sur la résilience et le pouvoir de l’esprit humain. Apprenez-en davantage et contactez Cam sur camscholey.com.

Cet article tiré du blogue de la National Alliance on Mental Illness (NAMI) et a été traduit par Jordan Bérubé.

Tu désires aller mieux ?

Viens discuter avec l’un de nos professionnels de la santé et il pourra sans aucun doute t’aider à demeurer ou à devenir en meilleur santé. Que tu désires prendre soin de toi, ou bien, que tu aies vraiment besoin d’aller mieux. Nous sommes là pour t’aider. Notre service est sécuritaire et confidentiel.

 

Chaque professionnel sur Pro Ressources.ca fait partie d’un Ordre, d’une Fédération ou d’une Association. Ils ont tous des assurances et les études nécessaires afin de pratiquer leurs professions.

 

Pour prendre rendez-vous, il faut d’abord d’inscrire et se connecter sur la plateforme. Fais-le dès maintenant, c’est gratuit !

Explorer d'autres sujets :

Laisser un commentaire