Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
< Tous les sujets
Imprimer

Aperçu : Trouble bipolaire

Le trouble bipolaire est une maladie mentale qui provoque des changements dramatiques dans l’humeur, l’énergie et la capacité à penser clairement d’une personne. Les personnes atteintes de troubles bipolaires connaissent des humeurs hautes et basses – appelées manie et dépression – qui diffèrent des hauts et des bas habituels de la plupart des gens.

L’âge moyen d’apparition de la maladie est d’environ 25 ans, mais elle peut survenir à l’adolescence ou, plus rarement, à l’enfance. La maladie touche autant les hommes que les femmes.

S’il n’est pas traité, le trouble bipolaire s’aggrave généralement. Cependant, avec un bon plan de traitement comprenant une psychothérapie, des médicaments, un mode de vie sain, un horaire régulier et une identification précoce des symptômes, de nombreuses personnes vivent bien avec ce trouble.

Symptômes

Les symptômes et leur gravité peuvent varier. Une personne atteinte de trouble bipolaire peut présenter des états maniaques ou dépressifs distincts, mais aussi des périodes prolongées – parfois des années – sans symptômes. Une personne peut également connaître les deux extrêmes simultanément ou en séquence rapide.

Les épisodes bipolaires graves de manie ou de dépression peuvent s’accompagner de symptômes psychotiques tels que des hallucinations ou des délires. En général, ces symptômes psychotiques reflètent l’humeur extrême de la personne. Les personnes atteintes de trouble bipolaire qui présentent des symptômes psychotiques peuvent être diagnostiquées à tort comme souffrant de schizophrénie.

Manie. Pour recevoir un diagnostic de trouble bipolaire, une personne doit avoir connu au moins un épisode de manie ou d’hypomanie. L’hypomanie est une forme plus légère de manie qui ne comporte pas d’épisodes psychotiques. Les personnes atteintes d’hypomanie peuvent souvent bien fonctionner dans des situations sociales ou au travail. Certaines personnes atteintes de troubles bipolaires connaîtront des épisodes de manie ou d’hypomanie à plusieurs reprises au cours de leur vie ; d’autres ne les connaîtront que rarement.

Bien qu’une personne atteinte de trouble bipolaire puisse trouver l’humeur élevée de la manie attrayante – surtout si elle survient après une dépression – le « high » ne s’arrête pas à un niveau confortable ou contrôlable. Les humeurs peuvent rapidement devenir plus irritables, le comportement plus imprévisible et le jugement plus altéré. Pendant les périodes de manie, les gens se comportent souvent de manière impulsive, prennent des décisions irréfléchies et des risques inhabituels.

La plupart du temps, les personnes en état de manie ne sont pas conscientes des conséquences négatives de leurs actions. Dans le cas du trouble bipolaire, le suicide est un danger omniprésent, car certaines personnes deviennent suicidaires même dans les états maniaques. Apprendre, à partir d’épisodes antérieurs, quels types de comportement constituent des « signaux d’alarme » du comportement maniaque peut aider à gérer les symptômes de la maladie.

Dépression. Les dépressions de la dépression bipolaire sont souvent si débilitantes que les personnes concernées peuvent être incapables de sortir du lit. En général, les personnes qui connaissent un épisode dépressif ont des difficultés à s’endormir et à rester endormies, tandis que d’autres dorment beaucoup plus que d’habitude. Lorsqu’une personne est déprimée, même des décisions mineures, comme le choix du repas du soir, peuvent être écrasantes. Elles peuvent être obsédées par des sentiments de perte, d’échec personnel, de culpabilité ou d’impuissance ; cette pensée négative peut conduire à des idées de suicide.

Les symptômes dépressifs qui entravent la capacité d’une personne à fonctionner doivent être présents presque tous les jours pendant une période d’au moins deux semaines pour que le diagnostic soit posé. La dépression associée au trouble bipolaire peut être plus difficile à traiter et nécessiter un plan de traitement personnalisé.

Causes

Les scientifiques n’ont pas encore découvert une cause unique du trouble bipolaire. Ils pensent actuellement que plusieurs facteurs peuvent y contribuer, notamment :

  • La génétique. Les risques de développer un trouble bipolaire sont accrus si les parents ou les frères et sœurs d’un enfant en sont atteints. Mais le rôle de la génétique n’est pas absolu : Un enfant issu d’une famille ayant des antécédents de trouble bipolaire peut ne jamais développer ce trouble. Des études sur des jumeaux identiques ont montré que, même si l’un des jumeaux développe le trouble, l’autre peut ne en être atteint.
  • Le stress. Un événement stressant tel qu’un décès dans la famille, une maladie, une relation difficile, un divorce ou des problèmes financiers peut déclencher un épisode maniaque ou dépressif. Ainsi, la façon dont une personne gère le stress peut également jouer un rôle dans le développement de la maladie.
  • Structure et fonction du cerveau. Les scanners cérébraux ne permettent pas de diagnostiquer le trouble bipolaire, mais les chercheurs ont identifié des différences subtiles dans la taille moyenne ou l’activation de certaines structures cérébrales chez les personnes atteintes de trouble bipolaire.

Diagnostic

Pour diagnostiquer le trouble bipolaire, un médecin peut procéder à un examen physique, mener un entretien et demander des analyses de laboratoire. Bien que le trouble bipolaire ne soit pas visible sur une analyse de sang ou un scanner corporel, ces tests peuvent aider à écarter d’autres maladies qui peuvent ressembler au trouble, comme l’hyperthyroïdie. Si aucune autre maladie (ou aucun médicament comme les stéroïdes) n’est à l’origine des symptômes, le médecin peut recommander des soins de santé mentale.

Pour recevoir un diagnostic de trouble bipolaire, une personne doit avoir connu au moins un épisode de manie ou d’hypomanie. Les professionnels de la santé mentale utilisent le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) pour diagnostiquer le « type » de trouble bipolaire dont souffre une personne. Pour déterminer le type de trouble bipolaire dont souffre une personne, les professionnels de la santé mentale évaluent le schéma des symptômes et le degré de déficience de la personne pendant ses épisodes les plus graves.

Quatre types de troubles bipolaires

  1. Le trouble bipolaire I est une maladie dans laquelle les personnes ont connu un ou plusieurs épisodes de manie. La plupart des personnes diagnostiquées comme bipolaires I auront des épisodes de manie et de dépression, bien qu’un épisode de dépression ne soit pas nécessaire pour établir un diagnostic. Pour être diagnostiqué comme bipolaire I, les épisodes maniaques doivent durer au moins sept jours ou être si graves qu’une hospitalisation est nécessaire.
  2. Le trouble bipolaire II est un sous-ensemble du trouble bipolaire dans lequel les personnes présentent des épisodes dépressifs alternant avec des épisodes hypomaniaques, mais jamais d’épisode maniaque « complet ».
  3. Le trouble cyclothymique ou cyclothymie est un état d’humeur chroniquement instable dans lequel les personnes présentent une hypomanie et une légère dépression pendant au moins deux ans. Les personnes atteintes de cyclothymie peuvent avoir de brèves périodes d’humeur normale, mais ces périodes durent moins de huit semaines.
  4. On parle de trouble bipolaire « autre spécifié » et « non spécifié » lorsqu’une personne ne répond pas aux critères de la bipolarité I, II ou de la cyclothymie, mais qu’elle a quand même connu des périodes d’élévation anormale de l’humeur cliniquement significative.

Traitement

Les troubles bipolaires sont traités et gérés de plusieurs manières :

  • La psychothérapie, comme la thérapie cognitivo-comportementale et la thérapie axée sur la famille.
  • Les médicaments, comme les stabilisateurs d’humeur, les antipsychotiques et, dans une moindre mesure, les antidépresseurs.
  • Les stratégies d’autogestion, comme l’éducation et la reconnaissance des premiers symptômes d’un épisode.
  • Les approches de santé complémentaires, comme l’exercice aérobique, la méditation, la foi et la prière, peuvent soutenir le traitement, mais pas le remplacer.

Le plus grand projet de recherche visant à évaluer les méthodes de traitement efficaces pour les personnes atteintes de troubles bipolaires est l’étude Systematic Treatment Enhancement for Bipolar Disorder, également connue sous le nom de Step-BD. Step-BD a suivi plus de 4 000 personnes diagnostiquées comme souffrant de troubles bipolaires, avec différents traitements.

Conditions connexes

Les personnes souffrant de troubles bipolaires peuvent également éprouver :

  • Anxiété
  • Trouble de l’hyperactivité avec déficit de l’attention (TDAH)
  • Trouble de stress post-traumatique (TSPT)
  • Troubles liés à la consommation de substances psychoactives / double diagnostic

Les personnes atteintes de trouble bipolaire et présentant des symptômes psychotiques peuvent être diagnostiquées à tort comme souffrant de schizophrénie. Le trouble bipolaire peut également être diagnostiqué à tort comme un trouble de la personnalité borderline (BPD).

Ces autres maladies et diagnostics erronés peuvent rendre difficile le traitement du trouble bipolaire. Par exemple, les antidépresseurs utilisés pour traiter les TOC et les stimulants utilisés pour traiter les TDAH peuvent aggraver les symptômes du trouble bipolaire et même déclencher un épisode maniaque. Si vous souffrez de plus d’une affection (appelée troubles concomitants), assurez-vous d’obtenir un plan de traitement qui vous convient.

Cette présentation générale est tiré du site de la National Alliance on Mental Illness (NAMI) et a été traduit par Jordan Bérubé

Table des matières