Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des choses critiques à savoir sur les émotions pour la santé mentale et le bien-être

Facebook
Twitter
LinkedIn
Émotions

Pendant les 18 années où j’ai étudié les émotions, j’ai appris des choses qui semblaient si universellement importantes pour la santé et le bien-être que j’ai été choqué qu’elles n’aient pas été enseignées plus tôt dans la vie. J’ai appris la trigonométrie au lycée, que j’ai à peine utilisée, mais je n’ai jamais appris des informations critiques sur les émotions (qui affectent clairement ma vie quotidienne).

Peut-être la chose la plus importante à savoir sur les émotions est que « les émotions sont simplement là ». Elles ne peuvent pas nécessairement être arrêtées ou empêchées. Et il y a une raison pour laquelle nous ne pouvons pas empêcher les émotions de base de se produire – les émotions ont évolué pour nous aider à survivre.

La bonne nouvelle est que nous avons absolument le contrôle sur la façon dont nous répondons à nos émotions, et nous pouvons le faire de manière utile pour renforcer notre santé mentale et émotionnelle.

Comment fonctionnent les émotions de base

Les émotions de base que nous ressentons tous comprennent la colère, la tristesse, la peur, le dégoût, la joie, l’excitation et l’excitation sexuelle. Nous pensons souvent que les émotions résident dans notre tête. Bien que les émotions soient déclenchées dans le système limbique du cerveau, le but des émotions de base est d’activer le corps. Cela se produit via le nerf vague, qui relie le cerveau au corps.

Chaque émotion de base contient un programme spécifique pour l’action qui provoque certaines sensations et impulsions (encore une fois, pré-câblées pour la survie). Par exemple, la peur donne envie au corps de courir. La colère donne envie au corps de se battre.

Ces impulsions, surtout lorsque nous n’en sommes pas conscients ou que nous n’en avons pas le contrôle, peuvent conduire à des comportements indésirables, comme crier sur un être cher pour avoir blessé nos sentiments par erreur. Que nous soyons conscients ou non des impulsions émotionnelles, elles exercent toujours une force d’action. Par exemple, lorsque nous sommes insultés, nous pouvons ressentir l’impulsion de couper la personne qui nous a mis en colère, même si nous ne sommes pas conscients que nous ressentons les émotions de base de la colère et de la tristesse.

La capacité de ressentir les émotions de base dans le corps a des ramifications importantes pour la santé, le soulagement des symptômes, la guérison et la transformation. Et c’est quelque chose que nous pouvons apprendre avec des efforts et de la pratique.

L’impact des émotions inhibitrices

Les émotions inhibitrices, comme l’anxiété, la culpabilité et la honte, sont une autre catégorie d’émotions qui enfouissent, écrasent et bloquent les émotions de base. Les émotions inhibitrices suppriment les émotions de base pour nous garder connectés aux autres. Par exemple, nous apprendrons à refouler notre tristesse ou notre peur si nous sentons que nous serons jugés pour avoir exprimé ces émotions. En conséquence, nous pourrions ne ressentir que de l’anxiété sans savoir que nous ressentons d’autres émotions de base.

L’un des aspects les plus utiles du Triangle du changement, l’outil que j’enseigne au public et que j’utilise pour construire et maintenir ma propre santé mentale, est qu’il nous incite à utiliser l’anxiété comme signal, et non comme diagnostic. L’anxiété est un signal que des émotions de base se cachent en dessous, attendant d’être nommées, honorées et validées.

Beaucoup d’entre nous ont appris (inconsciemment) à utiliser la culpabilité et la honte pour enfouir la colère. En conséquence, nous ne sommes même plus conscients que nous sommes en colère. Nous finissons juste par nous sentir déprimés à cause des émotions qui ont été retournées contre nous. L’énergie émotionnelle emprisonnée dans le corps nous fait nous refermer. Il y a de nombreux coûts à être coupé de nos émotions de base: une anxiété, une dépression et une solitude accrues; une faible confiance en soi et des difficultés à communiquer nos envies et nos besoins; ainsi que des symptômes physiques tels que des tensions musculaires, des problèmes intestinaux, des maux de tête et bien d’autres encore.

Comprendre notre réponse aux émotions

Beaucoup de gens jugent et blâment les autres pour « être émotionnels ». Cela arrive pour plusieurs raisons, principalement parce que nous ne comprenons pas les émotions et pourquoi nous les avons. Et parce que l’anxiété et les émotions sont « contagieuses », être avec d’autres qui éprouvent des émotions fondamentales peut augmenter notre propre stress et notre malaise. Par conséquent, les gens réagissent parfois durement. Mais avec des outils et une compréhension, nous pouvons répondre de manière constructive.

Nous pouvons mieux comprendre la « contagion des émotions » en sachant que plus de 70% de la communication émotionnelle est non verbale. Nous sommes câblés pour réagir profondément aux tons de voix, aux postures corporelles et aux expressions faciales de chacun. Par exemple, peu importe les mots que ma mère dit, si elle a l’air en colère et a un ton de voix dur ou jugeant, j’aurai une réaction émotionnelle.

Parce que nous vivons dans une société qui ne nous enseigne pas de manière saine à valider et honorer les émotions, nous avons tendance à les repousser lorsqu’elles surgissent. Nous utilisons des défenses pour éviter les émotions, et ces défenses sont destinées à nous protéger de l’inconfort émotionnel.

Les défenses sont des adaptations brillantes conçues pour nous aider à survivre à des expériences douloureuses. Il ne sert à rien de les considérer comme mauvaises. Il est plutôt important de comprendre que l’utilisation habituelle de défenses nous coûte notre vitalité et notre authenticité. Il est avantageux pour nous d’utiliser les défenses avec parcimonie. Par exemple, je peux refouler ma tristesse ou ma colère au travail pour ne pas pleurer ou crier sur mon patron. Mais plus tard, je devrais prendre le temps de m’occuper de ma tristesse et de ma colère, afin de ne pas enterrer ces émotions dans mon corps.

Les avantages de comprendre pleinement les émotions

Traiter les émotions de base plutôt que de les enterrer ou de les bloquer avec des défenses et des émotions inhibitrices est important car l’énergie que les émotions de base créent doit être libérée – et non rester coincée dans notre corps. Idéalement, nous utilisons notre énergie émotionnelle pour nous engager avec le monde extérieur, comme le travail significatif, les activités et la connexion avec d’autres personnes, et non pour maintenir des défenses qui retiennent nos émotions.

En apprenant sur les émotions et en développant une relation avec les nôtres, nous entamons un processus de guérison. Par exemple, le fait de remarquer que les émotions connecte le cerveau, l’esprit et le corps, ce qui entraîne une plus grande paix, confiance, flexibilité mentale et une meilleure santé.

En fin de compte, la connaissance dissipe de nombreux mythes dangereux que nous apprenons, comme « les émotions sont faibles », et nous devrions être en mesure de « passer à autre chose ». Enseigner aux gens qu’ils sont faibles pour leurs émotions, ou qu’il est possible d’exercer « l’esprit sur la matière » pour arrêter les émotions, a de graves conséquences pour notre santé mentale.

Ce n’est pas de notre faute si nous ne comprenons pas toujours les émotions – comment pourrions-nous si personne ne nous a enseigné? Mais il est en notre pouvoir d’apprendre tout ce que nous pouvons pour la guérison et la prévention de symptômes tels que l’anxiété et la dépression. La guérison de l’esprit est possible dans les bonnes conditions et cela peut commencer par la compréhension de nos émotions.

Auteure : Hilary Jacobs Hendel, LCSW

Hilary Jacobs Hendel est l’auteure du livre primé à l’échelle internationale intitulé « It’s Not Always Depression: Working the Change Triangle to Listen to the Body, Discover Core Emotions, and Connect to Your Authentic Self » (Random House). Elle a obtenu son baccalauréat en biochimie à l’Université Wesleyan et son MSW à l’Université Fordham. Elle est psychoanalyste certifiée et psychothérapeute et superviseur certifiée en AEDP. Elle a publié des articles dans The New York Times, Time, NBC Think, FOX News et Oprah, et son blog est lu dans le monde entier. Vous pouvez trouver des ressources gratuites sur les émotions et l’outil Triangle de Changement pour la santé émotionnelle sur hilaryjacobshendel.com et suivre son travail sur Facebook, Twitter, Instagram et YouTube.

Cet article tiré du blogue de la National Alliance on Mental Illness (NAMI) et a été traduit par Jordan Bérubé.

Tu désires aller mieux ?

Viens discuter avec l’un de nos professionnels de la santé et il pourra sans aucun doute t’aider à demeurer ou à devenir en meilleur santé. Que tu désires prendre soin de toi, ou bien, que tu aies vraiment besoin d’aller mieux. Nous sommes là pour t’aider. Notre service est sécuritaire et confidentiel.

 

Chaque professionnel sur Pro Ressources.ca fait partie d’un Ordre, d’une Fédération ou d’une Association. Ils ont tous des assurances et les études nécessaires afin de pratiquer leurs professions.

 

Pour prendre rendez-vous, il faut d’abord d’inscrire et se connecter sur la plateforme. Fais-le dès maintenant, c’est gratuit !

Explorer d'autres sujets :

Laisser un commentaire