Les jeunes s’expriment sur leur utilisation des technologies pendant le COVID-19

Facebook
Twitter
LinkedIn

Le mercredi 16 avril, cinq semaines après le début des fermetures d’écoles à l’échelle nationale et des ordres de rester à la maison, je me suis retrouvé assis dans une réunion virtuelle avec sept jeunes. Il s’agissait d’adolescents en âge de fréquenter l’école secondaire qui, comme tous leurs pairs, avaient reçu l’ordre de ne pas aller en classe. Même à travers le Zoom, l’éventail de leurs sentiments était palpable. Ils ont ressenti de la frustration, de l’accablement et du déni. Ils ont également ressenti de l’acceptation. De la gratitude. De l’espoir. Dans l’ère du Covid-19.

Je m’appelle Anna et je suis chercheuse en santé mentale pour les jeunes au sein du groupe de recherche sur les médias sociaux et la santé des adolescents (Social Media and Adolescent Health Research Team, SMAHRT) de l’université du Wisconsin à Madison. Les jeunes que j’ai mentionnés ci-dessus constituent le conseil consultatif des jeunes pour l’un de nos programmes de recherche, le programme Technology and Adolescent Mental Wellness (TAM). L’objectif de TAM est d’explorer comment la technologie peut contribuer au bien-être mental des adolescents. Le programme TAM dispose d’un comité consultatif des jeunes car nous savons que nous ne pouvons pas répondre à cette question sans les jeunes eux-mêmes.

Lors de la réunion virtuelle décrite ci-dessus, nous voulions mieux comprendre comment l’utilisation des médias sociaux par les jeunes avait évolué cinq semaines après le début du COVID. Plus que cela, nous voulions comprendre ce qu’ils ressentaient et comment ils faisaient face. En tant que chercheur, mais aussi en tant qu’être humain mis en quarantaine, j’avais hâte de les entendre parler franchement de leur expérience sur leur santé mentale et les médias sociaux pendant le confinement.

Voici quelques-uns des points à retenir de la réunion.

Surcharge d’information durant la Covid-19

Malgré la richesse de l’information fournie par les médias sociaux, elle n’a pas toujours aidé à comprendre le virus. On peut avoir l’impression de ne pas connaître toute l’histoire », a déclaré Jared, l’un de nos jeunes conseillers. « Il y avait un afflux d’informations… je pense que nous nous sommes engourdis ». Les jeunes ont également noté que certains articles sur Facebook se sont avérés contenir des informations erronées.

Le flux constant d’informations, dont toutes n’étaient pas exactes, a laissé certains d’entre eux désemparés, voire désespérés. « Tout le monde a peur », a conclu Sydney. « Genre, qu’est-ce que je suis censée faire si je ne peux vraiment pas me protéger de ça ? » J’ai reconnu en Sydney les mêmes questions que je m’étais posées pendant le confinement : Que sommes-nous censés faire ? Comment sommes-nous censés nous sentir ?

Faire face à la pression de l’excellence

La pression pour exceller, non seulement dans l’école en ligne, mais dans tous les domaines de la vie, était écrasante pour nos jeunes conseillers. « Instagram pousse vraiment cette idée que vous devez sortir de la quarantaine soit vraiment en bonne santé, soit avec une nouvelle compétence », a déclaré Siena. « Vous devriez avoir lu un milliard de livres, ou vous devriez avoir fait quelque chose de spécial ». C’est comme si « survivre n’était pas suffisant. J’essaie juste de m’en sortir et de garder le cap, et je ne vais pas en sortir avec une nouvelle langue apprise. » Josh est d’accord : « Il faut accepter de faire ce que l’on fait. Sinon, nous allons devenir fous ».

Maggie a observé que TikTok a aggravé la pression à réaliser. « Beaucoup de gens ressentent une pression maintenant qu’il faut faire de la musculation, qu’il faut bien manger. Si vous êtes en surpoids, ou si vous n’avez pas le fond de maison parfait, ou si vous n’êtes pas la beauté hollywoodienne stéréotypée, vous n’apparaissez pas sur les pages [Discover de TikTok]. » Le fait d’être connecté numériquement constitue un « rappel constant » de l’insuffisance perçue, des choses que vous n’avez pas faites.

Une augmentation du temps passé devant l’écran suite au Covid-19

Siena a admis que son « temps passé devant l’écran était ridicule » et qu’elle avait du mal à s’endormir à cause de cela. Depuis qu’elle est en quarantaine, Kelly a « terminé trois séries Netflix, dont une de sept saisons ». Maggie a comparé son temps d’écran avant la quarantaine à sa moyenne actuelle : « Avant, c’était environ une heure et demie par jour – comme si je n’utilisais pas vraiment mon téléphone. Et maintenant, ma moyenne est passée à plus de 12 heures par jour. »

Nos jeunes conseillers ont identifié certains avantages évidents du temps d’écran. Jared a noté que les médias sociaux l’aident à se changer les idées. « Ma distraction ou ma procrastination, ce sont les médias sociaux… si je dois faire des cours en ligne, je vais m’accorder une bonne demi-heure sur TikTok, puis je vais commencer. » Maggie ajoute que les médias sociaux lui ont remonté le moral. Après l’annulation du bal de fin d’année et de la remise des diplômes, « les gens ont fait des blagues sur le fait de faire le bal de fin d’année sur Minecraft [un jeu en ligne]… La capacité de beaucoup de gens à avoir le sens de l’humour… est une façon de faire face. »

Pourtant, les mèmes et les distractions sont-ils suffisants pour que tout ce temps d’écran en vaille la peine ? S’il s’agissait de toute l’histoire, la réponse serait peut-être « non ». Mais nos jeunes conseillers ont mis en évidence une autre raison, plus convaincante, d’aller en ligne : la recherche de liens.

Trouver une connexion

Pour Maggie, qui vient d’obtenir son diplôme de fin d’études secondaires, la possibilité de se connecter maintenant avec les personnes qu’elle rencontrera à l’université a été vitale. « J’ai tout le temps des notifications GroupMe de discussions de groupe à l’université… Ils zooment tous les soirs jusqu’à 3 heures du matin. Personne ne se préoccupe plus vraiment de ses horaires de sommeil parce qu’au moins, on a une certaine interaction sociale. » Kelly a également souligné les possibilités de connexion. « J’envoie aussi des textos à mes amis, comme à tous mes amis… J’ai l’impression de m’être beaucoup rapprochée de ces amis dont je n’étais pas proche auparavant. »

Il y a quelques jours, Jared et Sydney ont coordonné un déjeuner virtuel avec quelques-uns de leurs amis. « Nous avons eu un Facetime de groupe où nous nous sommes tous assis et avons préparé le déjeuner et mangé ensemble, parce que c’est ce que nous avons l’habitude de faire tous les jours. » Cette routine familière, même exécutée virtuellement, offrait un sentiment de normalité, de confort et de soutien.

Au fur et à mesure que les jeunes s’exprimaient, j’anticipais chacun de leurs mots. Mais la recherche sur l’expérience des jeunes dans le cadre de la COVID n’est pas encore terminée. Alors comment pouvais-je savoir ce qu’ils allaient dire ? Ce n’est pas en fonction de mes diplômes ni de mon expérience professionnelle ; c’est plutôt parce que je suis un humain. En tant qu’humain à l’ère du COVID, j’ai été en ligne et j’en suis ressorti avec un sentiment d’inadéquation. Je suis allé sur Internet pour comprendre l’état du monde et j’en suis ressorti encore plus confus. Mais je suis aussi allé sur Internet et j’en suis ressorti grandi.

J’ai participé à de nombreuses soirées de jeux virtuels et à des discussions en famille sur Zoom. En tant qu’introverti, je me suis surpris à envoyer des textos à mes amis lointains, juste pour leur dire « Hé, c’est pas bizarre ? Comment tu gères ça ? » Comme les jeunes, j’ai connu les hauts et les bas de la connexion numérique. Oui, je me suis demandé si j’en faisais assez, si j’étais assez. Et oui, le téléphone dans ma poche a simultanément été ressenti comme une bouée de sauvetage, un rappel qu’aucun de nous n’est seul dans cette situation.

En tant qu’universitaire, que professionnel et qu’humain, je comprends maintenant plus que jamais que la relation entre la santé mentale et la technologie est implacablement nuancée. Sydney l’a bien exprimé. Les médias sociaux « peuvent être vraiment toxiques, parce que vous êtes soumis à des normes très strictes ». Mais elle a noté que des applications comme TikTok ont également permis de rencontrer des amis en ligne partageant les mêmes idées. « C’est juste beaucoup plus facile de réaliser qu’il y a des gens qui vivent la même chose que moi ».

Auteur : Anna Jolliff

Anna Jolliff est chercheuse en santé des adolescents au sein du groupe de recherche sur la santé sociale et la santé des adolescents (SMAHRT), et elle est responsable du programme Technologie et bien-être mental des adolescents (TAM). Elle a obtenu une maîtrise en psychologie de l’orientation et apporte désormais un regard de santé mentale à toutes les recherches. Anna est également un défenseur du courage, de la vulnérabilité et de la professionnalisation de la vie personnelle. Vous pouvez découvrir sa propre expérience en matière de santé mentale sur le site www.onawakening.org.

Pour en savoir plus sur le conseil consultatif des jeunes de TAM, regardez ce film réalisé par Amanda Lipp, conseillère du conseil de TAM et membre du conseil national de NAMI.

Cet article tiré du blogue de la National Alliance on Mental Illness (NAMI) et a été traduit par Jordan Bérubé.

Image : Design vecteur créé par macrovector – fr.freepik.com

Explorer d'autres sujets :

Enfance difficile

J’ai trouvé ma raison d’être

J‘ai monté un petit escalier jusqu’à la porte d’entrée et il était là : Un petit garçon de deux ans, à l’enfance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *