Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’indifférence à l’hygiène : le symptôme dont on ne parle pas

Facebook
Twitter
LinkedIn

La plupart d’entre nous avons entendu dire : « La propreté est à côté de la sainteté ». Ce vieil adage renforce une croyance erronée de longue date : être « sale » équivaut à la paresse et à l’incompétence morale. Par conséquent, notre culture adopte souvent une approche peu compréhensive pour aborder des problèmes tels que la pauvreté et le sans-abrisme ; trop nombreux d’entre nous interprètent ces situations comme un échec personnel plutôt que comme un produit d’inégalités structurelles. Et, de manière significative, nos idées sur la moralité de la propreté peuvent façonner notre perception des maladies mentales.

L’hygiène est l’un des nombreux symptômes qui sont fréquemment omis dans la conversation sur la santé mentale. Cela est en grande partie dû à la difficulté d’en parler – beaucoup d’entre nous ressentent le poids de la stigmatisation lorsqu’il s’agit de parler de nos corps et de nos habitudes personnelles. Cependant, l’indifférence aux tâches d’hygiène, telles que se doucher, se brosser les dents, faire la lessive ou se brosser les cheveux, est un symptôme courant de troubles de la santé mentale (notamment la dépression).

En tant que professionnel de la santé et personne vivant avec la dépression, je peux témoigner des manifestations très réelles de ce symptôme. Ma compréhension personnelle de l’hygiène et ma compréhension professionnelle de la théorie des germes n’étaient tout simplement pas suffisantes pour vaincre les limites d’un épisode dépressif. Alors que je baignais les autres et enseignais aux soignants, j’avais moi-même du mal à prendre une douche. C’était difficile à comprendre, mais j’ai compris que ni une désignation professionnelle, ni le fait de « savoir mieux », ne peut te protéger des symptômes de la santé mentale.

Le lien entre l’hygiène et la santé mentale

Dans mon travail en tant que professionnel de la santé, j’ai constaté que les difficultés liées aux tâches d’hygiène peuvent être un signe précoce de maladie mentale. J’ai vu comment le trouble bipolaire peut se manifester dans ses premiers stades sous la forme de sentiments altérés à l’égard des pratiques d’hygiène quotidiennes. Ce symptôme peut sembler venir « de nulle part ». Lorsque la dépression ou la manie bipolaire sont imminentes, les symptômes peuvent arriver comme un tigre rugissant – ou ils peuvent s’insinuer doucement et passer inaperçus jusqu’à ce que vous vous retrouviez au fond de la vallée la plus profonde.

Les problèmes d’hygiène peuvent également apparaître au cours des stades plus avancés de la maladie mentale ; j’ai même vu des patients en psychose ayant des pensées irrationnelles concernant l’hygiène. J’ai également vu comment la dépression majeure peut affecter les pratiques d’hygiène. Lorsque vous faites face au poids écrasant de la dépression, prendre une douche peut sembler être une épreuve qui nécessite des quantités épuisantes de réflexion et d’effort. Le nombre d’étapes peut être intimidant ; s’assurer que l’eau est chaude, se laver partout, se sécher efficacement, s’hydrater, puis mettre des vêtements propres peut sembler difficile à gérer avec une profonde dépression.

Mon expérience avec la dépression

Quand j’étais en difficulté, j’ai trouvé que ces étapes étaient insupportables ; je disais souvent : « Pourquoi m’embêter, je le ferai demain ». Tout à coup, se doucher me semblait une tâche énorme, comme si je devais faire un grand nettoyage de printemps dans toute ma maison chaque jour.

Pendant mon épisode de dépression d’un an, j’ai vu de mes propres yeux comment l’hygiène pouvait passer au second plan. Et je n’étais même pas totalement consciente que mes habitudes avaient changé.

J’étais embarrassée quand mon conjoint me disait gentiment : « Tu devrais aller prendre une douche » ou « Assure-toi de prendre une douche avant d’être en contact avec les gens demain ».

Je disais que j’étais désolée, et parfois je me levais pour prendre une douche.

J’ai commencé à suivre mes habitudes de bain pour avoir une image plus claire de l’impact de ma dépression sur mon hygiène. Une semaine « modérément » dépressive était généralement accompagnée de trois douches par semaine. Au fur et à mesure que la dépression devenait plus sévère, j’ai été choquée de réaliser que je ne m’étais baignée que deux fois cette semaine-là. Des choses que j’aimais auparavant comme les pédicures et les soins du visage ont disparu.

Pour me forcer à me laver, je me parlais à moi-même. Par exemple, je disais (à la troisième personne) : « Ivory, étant donné que c’est samedi et que dimanche est le jour du repos, tu dois te doucher cette nuit ou demain matin. » Ou je pouvais dire : « Ivory, étant donné que tu suis des cours d’exercice très intensifs deux soirs par semaine, c’est un bon moment pour prendre un bain ». Fondamentalement, j’ai associé le bain à quelque chose que je faisais déjà. Ce n’était plus juste une activité d’hygiène ; je l’ai associée à mes tâches quotidiennes gérables ainsi qu’à rester en bonne santé.

J’ai également partagé mon « secret » avec deux membres de ma famille et les membres de mon groupe de soutien bipolaire. Plusieurs personnes du groupe ont participé en disant qu’elles traversaient la même chose. Elles ont signalé qu’elles étaient insouciantes ou indifférentes à l’hygiène. Un de mes membres de famille m’a aidé en me rappelant de prendre une douche après avoir raccroché le téléphone avec elle – et nous avons transformé cette pratique en « accord » que je prenais avec elle quand j’étais en difficulté.

Conseils pour pratiquer l’hygiène pendant une crise de santé mentale

Pour ceux qui ont du mal à maintenir leur hygiène, j’ai quelques suggestions :

  1. Associez le bain à un événement régulier, comme le début de la semaine de travail. Cette routine peut être un rappel utile lorsque vous pourriez sinon oublier de prendre une douche.
  2. Associez la douche à la fin de la semaine de travail. Cela ajoute de la cohérence à votre routine.
  3. Si prendre une douche est trop difficile, gardez des lingettes pour adultes à portée de main. Elles peuvent être achetées dans n’importe quelle pharmacie ou magasin de fournitures médicales.
  4. Convenez avec vos supporters que vous vous laverez à un jour ou une heure précise. Il vaut mieux le faire tôt, car si vous attendez, vous pourriez trouver une raison de ne pas vous occuper de votre hygiène.
  5. Si possible, investissez dans des savons et des shampoings de qualité. Cet acte de soin de soi peut être amusant et rendre l’expérience de la douche plus agréable.
  6. Les jours où vous ne pouvez pas suivre votre routine de douche, nettoyez simplement votre visage et les zones périnéales pour un nettoyage express et mettez des vêtements propres. Cela couvrira certaines précautions sanitaires et vous donnera probablement plus d’énergie.

Lorsque nous avons du mal à fonctionner, nous méritons de l’aide. Avoir des difficultés à pratiquer l’hygiène (même lorsque vous savez que vous « devriez ») n’est pas un échec moral ; c’est simplement un signe que nous avons besoin de soutien supplémentaire. Vous ne devriez pas avoir honte de faire part de vos difficultés et de demander l’aide de membres de votre équipe de soutien. Ce parcours peut être difficile, mais vous n’avez pas à le faire seul.

Auteure : Ivory Smith

Ivory Smith Causey possède une licence en sociologie de l’Université d’État de la Géorgie du Sud et un diplôme d’infirmière de l’Université d’État de Macon. Ivory est infirmière autorisée chez McIntosh Trail Management à Macon, en Géorgie, et travaille en tant qu’infirmière évaluatrice. Elle est membre de l’Association américaine des infirmières holistiques et espère être certifiée en soins infirmiers holistiques.

Cet article tiré du blogue de la National Alliance on Mental Illness (NAMI) et a été traduit par Jordan Bérubé.

Tu désires aller mieux ?

Viens discuter avec l’un de nos professionnels de la santé et il pourra sans aucun doute t’aider à demeurer ou à devenir en meilleur santé. Que tu désires prendre soin de toi, ou bien, que tu aies vraiment besoin d’aller mieux. Nous sommes là pour t’aider. Notre service est sécuritaire et confidentiel.

 

Chaque professionnel sur Pro Ressources.ca fait partie d’un Ordre, d’une Fédération ou d’une Association. Ils ont tous des assurances et les études nécessaires afin de pratiquer leurs professions.

 

Pour prendre rendez-vous, il faut d’abord d’inscrire et se connecter sur la plateforme. Fais-le dès maintenant, c’est gratuit !

Explorer d'autres sujets :

Améliorer l’accès aux soins en région

Améliorer l’accès aux soins en région

L’accessibilité aux soins de santé est un enjeu de taille au Québec, surtout dans les régions éloignées. Avec une population vieillissante et

Laisser un commentaire