Trouver son chemin après des pensées suicidaires

Facebook
Twitter
LinkedIn

Le 17 février 2020, j’étais à la croisée des chemins, décidant si je voulais vivre ou mourir. Après avoir envisagé le suicide (pensées suicidaires) pendant deux jours, il semblait que c’était la seule réponse. J’ai lutté contre la dépression pendant des années, mais je n’ai jamais dit à personne comment je me sentais.

J’ai été élevé dans la croyance que parler de santé mentale – ou de tout sentiment – était un signe de faiblesse. On m’a dit que la seule façon d’aborder les problèmes émotionnels était de « s’en remettre ». C’est donc ce que j’ai fait. Mais, j’ai fini par apprendre qu’enterrer la douleur et ignorer mes sentiments n’était pas la réponse à mon rétablissement ou à ma paix intérieure.

Je cachais ma dépression à mon entourage

J’ai intériorisé ma douleur et je me suis  » débrouillé » pendant des années. Je me suis mariée, j’ai élevé une belle fille et j’ai commencé à travailler comme agent de probation, ce que j’aimais. Mais à l’automne 2019, j’ai commencé à me sentir différent, tant physiquement qu’émotionnellement. Je me suis retiré de tous ceux qui m’entouraient, devenant visiblement distant, mais prétendant toujours que tout allait bien.

Ma femme me demandait si j’allais bien, je répondais toujours oui et je trouvais une excuse à propos du travail ou autre chose. Mes symptômes, cependant, continuaient à s’intensifier ; je sentais que quelque chose se passait dans mon cerveau, mais je ne pouvais pas l’expliquer. J’étais profondément triste et j’avais des pensées récurrentes de dévalorisation. Je vivais un monologue interne constant de pensées négatives affirmant la piètre opinion que j’avais de moi-même.

Sans aide, mes symptômes ont commencé à s’aggraver

Environ deux semaines avant d’atteindre mon point de crise, j’ai dit à ma femme pour la première fois que je ne me sentais pas « bien » et j’avais pris rendez-vous avec un conseiller. En raison de l’emploi du temps du conseiller, je devais attendre plusieurs semaines avant d’avoir un rendez-vous.

Je me suis dit que je tiendrais bon – mais, encore une fois, je me mentais à moi-même. Les pensées suicidaires devenaient de plus en plus intenses au fil des jours, et j’attendais le « miracle » de voir un conseiller. Le week-end précédant mon rendez-vous, j’ai été tellement consumé par les pensées de mettre fin à ma vie que j’ai élaboré un plan pour me faire du mal.

Le 17 février 2020, ma femme est partie au travail. C’était un jour férié, je suis donc resté à la maison. Ma fille partait pour retourner au collège après avoir visité la maison pour le week-end. En la regardant conduire dans la rue, j’ai cru que c’était la dernière fois que je la voyais. J’ai commencé à pleurer et j’ai supplié Dieu de m’aider. J’ai lutté à la fois pour vouloir et ne pas vouloir que tout se termine.

Alors que je me débattais avec ce conflit intérieur, une voix m’a dit d’appeler quelqu’un. J’ai pris le téléphone et j’ai appelé l’étage psychiatrique de l’Université de l’Indiana. J’ai dit à la personne à l’autre bout du fil que j’avais des problèmes, et il m’a répondu qu’il n’y avait pas de lits et qu’il fallait appeler les services de consultation externe.

J’ai suivi ses instructions, mais mon appel aux services de consultations externes est tombé sur la messagerie vocale. J’ai rappelé l’étage psychiatrique et insisté sur le fait que j’avais désespérément besoin d’aide, mais on m’a renvoyé aux urgences locales. Finalement, j’ai appelé ma femme et lui ai dit que j’étais suicidaire. Elle est rentrée à la maison et m’a emmené à l’hôpital.

Obtenir l’aide appropriée m’a sauvé la vie

À l’hôpital, j’ai subi une évaluation et j’ai été admis dans un établissement de soins psychiatriques pendant quatre jours. Au début, j’avais honte et j’étais humilié. Mais après l’hospitalisation et la participation à un programme de traitement ambulatoire d’un mois pour ma dépression, j’ai acquis une toute nouvelle perspective.

Le fait d’être dans un groupe de soutien avec d’autres personnes aux prises avec le même problème m’a ouvert les yeux – et, franchement, m’a soulagée. Avec l’aide de cette nouvelle communauté, j’ai pu faire face à mes symptômes et apprendre à prêter attention à mes sentiments. Pour la première fois, j’ai vraiment compris que j’avais des ressources et des gens qui se souciaient de moi et qui étaient prêts à m’aider.

Cette nouvelle perspective, et mon rétablissement ultérieur, n’auraient pas été possibles si j’avais choisi de mettre fin à ma vie. J’ai pris le risque de demander de l’aide et, grâce à cela, je suis encore là aujourd’hui. J’ai fait plus que survivre – ma vie est devenue agréable et épanouissante.

Être vulnérable et demander de l’aide est effrayant, mais avec l’aide des bonnes personnes, ce sentiment est de courte durée. J’espère qu’en partageant mon histoire de rétablissement, toute personne présentant des symptômes de dépression se sentira capable de chercher de l’aide. J’ai trouvé le chemin du retour, et vous le pouvez aussi.

Auteur : Joe Dibert

Joe Dibert est un agent de probation, un mari fier de Beth et un père fier de Lauren. Après avoir appris à gérer son état de santé mentale grâce à des médicaments et à l’aide de d’autres personnes, il espère partager son histoire – dans le cadre de son propre rétablissement et comme outil pour aider d’autres personnes dans une situation similaire.

Cet article tiré du blogue de la National Alliance on Mental Illness (NAMI) et a été traduit par Jordan Bérubé.

Explorer d'autres sujets :

Enfance difficile

J’ai trouvé ma raison d’être

J‘ai monté un petit escalier jusqu’à la porte d’entrée et il était là : Un petit garçon de deux ans, à l’enfance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *